Civilisations anciennes, Machine et Technologies

Mercredi 12 novembre 2014 3 12 /11 /Nov /2014 15:53

Dans cette vidéo il s'agit d'extrait du fameux reportage sur les golem diffusé sur la chaîne Planète que vous pouvez visionnez à votre aise entièrement dans les liens suivants :

partie 1 : http://www.dailymotion.com/video/xdobs2_kabbale-golem-frankenstein-et-genet_news

Partie 2 : http://www.dailymotion.com/video/xdoca1_kabbale-golem-frankenstein-et-genet_news

Partie 3 : http://www.dailymotion.com/video/xdod0p_kabbale-golem-frankenstein-et-genet_news

Le golem est un être humanoïde, artificiel, fait d’argile, animé momentanément de vie par l’inscription EMET sur son front Dans la culture hébraïque, la première apparition du terme golem se situe dans le Livre des Psaumes : « Je n’étais qu’un golem et tes yeux m’ont vu » (139, 16)[1]. C’est alors un être inachevé, une ébauche. Dans la kabbale, c’est une matière brute sans forme ni contours. Dans le Talmud, le golem est l’état qui précède la création d’Adam.

source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Golem

La création d'être vivant artificiel a été réalisé par Moise (as) qui fabriqua les Jawahir : les jawahir haya, des êtres vivants qui tiennent dans la paume d’une main, capables de se transformer en des êtres humains, en des animaux et monstres extraordinaires. Leur niveau de pureté est celui d’un homme spirituel parfait.

 

Sourate 18 verset 74 et 80 :

فَانطَلَقَا حَتَّى إِذَا لَقِيَا غُلَاماً فَقَتَلَهُ قَالَ أَقَتَلْتَ نَفْساً زَكِيَّةً بِغَيْرِ نَفْسٍ لَّقَدْ جِئْتَ شَيْئاً نُّكْراً

Puis ils reprirent ensemble leur route et firent la rencontre d'un "gholem" que l'inconnu ne tarda pas à mettre à mort. «Quoi?, s'indigna Moïse. N'as-tu pas tué là un être innocent (nefs zakiyatan) qui, lui, n'a tué personne? Ne viens-tu pas de commettre une chose affreuse?

.وَأَمَّا الْغُلَامُ فَكَانَ أَبَوَاهُ مُؤْمِنَيْنِ فَخَشِينَا أَن يُرْهِقَهُمَا طُغْيَاناً وَكُفْراً

Quant au "gholem", il avait pour parent deux bons croyants. Nous eûmes peur qu'il ne les entraînât dans sa rébellion et son impiété,

Dans ces versets on remarque que pour Dieu et Al-Khidr il ne s'agit que d'un Golem, tandis qu'a l'inverse, Moise affirme que c'est "un être innocent" (nafs zakiyatan). Le Golem ne possède pas d'âme à la difference d'un être humain, c'est la raison pour laquelle Al-Khidr l'a tuer sans craindre de chatiment de la part de Dieu. Le verset 32 de la sourate 5 est clair :

 مِنْ أَجْلِ ذَلِكَ كَتَبْنَا عَلَى بَنِي إِسْرَائِيلَ أَنَّهُ مَن قَتَلَ نَفْساً بِغَيْرِ نَفْسٍ أَوْ فَسَادٍ فِي الأَرْضِ فَكَأَنَّمَا قَتَلَ النَّاسَ جَمِيعاً وَمَنْ أَحْيَاهَا فَكَأَنَّمَا أَحْيَا النَّاسَ جَمِيعاً 

Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d'Israël : «Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l'humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d'un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l'humanité tout entière !»

Al Khidr ne pouvait déroger à cette rêgles établie par Dieu.

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 novembre 2014 5 07 /11 /Nov /2014 15:55

Jabir ibn HayyanJâbir ibn Hayyân (né en 721 (?) à Tus en Iran - mort en 815 à Koufa en Irak), de son nom complet Abu Musa Jâbir ibn Hayyân Al-Azdi , était un alchimiste musulman d'origine perse ou arabe selon les sources. En France, il est surtout connu sous la forme latinisée de son nom : Geber. Il est considéré comme un des précurseurs de la chimie pour avoir été le premier à pratiquer l'alchimie de manière scientifique.


Jâbir est né autour de 721 à Tus dans la province du Khorassan. Il est le fils d'un apothicaire de la tribu des Azd qui fut exécuté pour avoir conspiré contre le califat des Omeyyades. Jeune homme, Jâbir fut envoyé en Arabie pour étudier le Coran et les mathématiques. Il devient ensuite le disciple du célèbre sixième imam chiite Jafar as-Sadiq. Il vécut la quasi totalité de sa vie à Koufa en Irak. Malgré ses inclinations au mysticisme (il fut appelé al-Sufa) et à la superstition, il reconnut clairement et proclama l'importance de l'expérimentation : « La première chose essentielle en alchimie, c'est que vous devez effectuer des travaux appliqués et des expériences, car celui qui n'effectue pas de travail appliqué et d'expérience n'atteindra jamais les plus hauts degrés de la connaissance. » Ses travaux constituèrent des avancées significatives à la fois sur les plans théoriques et expérimentaux.

 

Ses livres influencèrent nettement les alchimistes européens et justifièrent leur quête de la pierre philosophale, Lapis Philosophicus. On lui attribue la paternité d'un grand nombre d'équipements de laboratoire de chimie et de procédés maintenant courants ainsi que la découverte de substances chimiques, tels que l'acide chlorhydrique et l'acide nitrique, la distillation et la cristallisation, qui devinrent les fondements de la chimie et du génie chimique modernes.

 

Travaux alchimiques :

Jâbir a écrit plus de cent traités sur des sujets variés, dont 22 concernent l'alchimie. Fermement bâtis sur des observations expérimentales, ses livres donnent une systématisation des procédés chimiques fondamentaux utilisés par les alchimistes, tels que la cristallisation, la distillation, la calcination, la sublimation et l'évaporation. Ils constituent donc un grand pas dans la transformation de la chimie d'un art occulte en une discipline scientifique. En particulier, Jâbir devine que des quantités finies de différentes substances sont mises en œuvre au cours des réactions chimiques, devançant ainsi de presque un millénaire les principes de la chimie moderne et notamment de la loi des proportions définies découverte par Joseph Louis Proust en 1794.

 

On lui attribue également l'invention et le développement de plusieurs équipements de laboratoire toujours en usage à l'heure actuelle, tels que l'alambic, qui permit d'effectuer des distillations de manière plus sûre, plus aisée et plus efficace. En distillant des sels en présence d'acide sulfurique, Jâbir découvrit l'acide chlorhydrique (à partir de chlorure de sodium) et l'acide nitrique (à partir de salpêtre). En mélangeant les deux, il inventa l'eau régale, qui est l'un des seuls réactifs chimiques qui permette de dissoudre l'or. Au-delà de ses applications pour l'extraction et la purification de l'or, cette invention fit à la fois le bonheur et le désespoir des alchimistes pendant le millénaire suivant. On lui attribue également la découverte de l'acide citrique (à la base de l'acidité du citron), de l'acide acétique (à partir de vinaigre) et de l'acide tartrique (à partir de résidus de vinification). 200px-Nitricacid.png

 

Jâbir appliqua ses connaissances à l'amélioration de nombreux procédés de fabrication, parmi lesquels la fabrication de l'acier et de divers métaux, la prévention de la rouille, la dorure, la teinture des vêtements, la tannage du cuir, ainsi que l'analyse de pigments. Il développa l'utilisation du dioxyde de manganèse (MnO2) dans la fabrication du verre afin de compenser les teintes vertes produites par le fer, procédé encore employé de nos jours. Il remarqua que l'ébullition du vin produit une vapeur inflammable, ouvrant ainsi la voie à la découverte de l'éthanol par Al-Razi.

 

Il proposa également une nomenclature des substances, qui peut être vue comme posant les bases de la classification des éléments moderne. Il proposa de séparer les substances en trois catégories : "esprits", qui se vaporisent sous l'effet de la chaleur comme le camphre, l'arsenic ou le chlorure d'ammonium ; les "métaux" comme l'or, le plomb, le cuivre et le fer ; et les "pierres" qui peuvent être broyées sous forme de poudre.

 

Au cours du Moyen Âge, ses traités d'alchimie furent traduits en latin et devinrent les textes de référence des alchimistes européens. Parmi ceux-ci on peut citer le Kitab al-Kimya (« Livre de la composition de l'alchimie »), traduit par Robert de Chester en 1144, et le Kitab al-Sab'een (« Les 70 livres »), traduit par Gérard de Crémone (avant 1187). Berthelot traduisit certains de ses livres connus sous les titres de « Livre du Royaume », « Livre de l'Equilibre », « Livre de Mercure Oriental ». Certains termes techniques introduits par Jâbir passèrent dans les langues européennes et devinrent des mots courants du vocabulaire scientifique, comme par exemple al kali (alcalin).

 

Jâbir devint alchimiste à la cour du calife Haroun al-Rashid. Son intérêt pour l'alchimie fut très inspiré par son maître Ja'far al-Sadiq, qui était un homme très instruit et l'une des plus hautes autorités dans le domaine des sciences ésotériques. Jâbir fut lui-même surnommé « al-Sufa », ce qui indique qu'il appartenait à une branche mystique et ascétique de l'Islam. Il écrivit le Kitab al-Zuhra (« Livre de Vénus », le Noble art de l'alchimie) pour Haroun al-Rashid. Il écrit dans son « Livre des Pierres » que « le but est de désarçonner et d'induire en erreur tous sauf ceux aimés de Dieu et qu'il destine au savoir. » Ses travaux étaient délibérément écrits suivant un code ésotérique, de manière à ce que seuls ceux ayant été initiés dans son é Alchimie3.gif cole d'alchimie puissent les comprendre. Il est donc très difficile pour le lecteur moderne de discerner quels aspects de ses écrits doivent être compris comme des symboles (et d'en démêler la signification) et lesquels peuvent être compris littéralement.

 

Le but des travaux alchimiques de Jâbir concernait la création artificielle de la vie. Ses recherches étaient fondées théoriquement sur une numérologie élaborée liée aux systèmes pythagoricien et néoplatonicien. La nature et les propriétés des éléments étaient définies aux travers de nombres assignés en fonction des consonnes arabes présentes dans leurs noms.

 

Jâbir ajouta quatre propriétés à la physique d'Aristote : le chaud, le froid, le sec et l'humide. Chaque élément de la physique d'Aristote était caractérisé par ces propriétés : le Feu était chaud et sec, l'Eau froide et humide, la Terre froide et sèche et l'Air chaud et humide. Dans les métaux, deux de ces propriétés étaient intérieures et deux extérieures. Par exemple, le plomb était froid et sec, et l'or chaud et humide. D'après la théorie de Jâbir, il devrait être possible en réarrangeant les propriétés d'un métal d'en créer un nouveau. Cette théorie fut à l'origine de la recherche de l’al-iksir, l'élixir indéfinissable qui aurait rendu cette transformation possible, équivalent de la pierre philosophale dans l'alchimie européenne.

 

Les travaux de Jâbir concernèrent également la médecine et l'astronomie.

(Source : www.wikipedia.fr)

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 15:52

Capture2.JPG

 

L' Inde, terre sur laquelle est arrivé Adam (AS) de sa descente du Paradis, est la terre d'une antique civilisation qui a développées des technologies. Les textes anciens font mention d'aéronef (avions) avec leurs plans détaillés.

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 novembre 2014 3 05 /11 /Nov /2014 15:56

 

La civilisation arabo-musulmane a su assimiler les techniques découvertes en Orient et dans les pays conquis, les perfectionner et les enrichir puis les transmettre à l'occident. On leur doit notamment de remarquables automates, comme ceux des trois frères Banou Moussa et de nombreuses machines hydrauliques décrites par le savant Al-Djazari dans son traité Recueil utile sur la théorie et la pratique de l'art des procédés ingénieux.

 

Dans le domaine militaire, ils ont développé des techniques découvertes en Chine et ont mis au point de nouveaux engins qui en font des précurseurs dans l'usage de la poudre. Ils se sont intéressés aux problèmes de l'irrigation et ont développé de nombreux types de moulins. On leur doit aussi le perfectionnement de systèmes à engrenage notamment dans le domaine de la mesure du temps. Les domaines scientifiques qui ont intéressé les Banou Moûsâ sont la géométrie, la mécanique, l’astronomie et la musique. En mathématique, leur ouvrage le plus célèbre est le Livre de la mesure des figures planes et sphériques qui sera traduit en latin au XIIe siècle. En mécanique, ils ont été les pionniers dans cette discipline, avec leur ouvrage intitulé le Livre des procédés ingénieux.

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 novembre 2014 3 05 /11 /Nov /2014 15:54

 

 


Voici le fameux reportage diffusé sur FR3 et qui traite des alchimistes. Ici vous verrez un alchimiste préparer une recette pour fabriquer de l'or.

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • Contact
  • La Machine Prophétique
  • : Bienvenue sur le blog du Grand Projet Divin. Vous y trouverez les dernières découvertes sur la Machine prophétique.

Rechercher

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés